Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 Dec

Mots

Publié par Pasfrévin  - Catégories :  #Bla Bla Marmotte

Mots

Parole, langage, terme, discours, pensée, différents mots pour exprimer une même chose : dire. Dire dans plusieurs langues les mêmes choses.

Est-ce que tous les êtres humains disent la même chose dans toutes les langues ? – sûrement pas en fonction des besoins de chacun, chaque jour.

Mais je vous prends à témoins d’un voyage des mots, d’une rencontre de mots.

La rencontre était sympathique, ils étaient contents de se retrouver après tant d’années. Chacun avait fait son petit bonhomme de chemin, les uns ne s’étant jamais arrêtés de courir, sauter, nager, lancer, les autres ayant repris une activité sportive une fois la bedaine arrivée, et certains très heureux, ne courant ni ne sautant, ne nageant jamais, et ne lançant des boules qu’à la pétanque le dimanche.

Des petits groupes s’étaient formés, les sportifs papotaient, énuméraient les bons souvenirs des victoires prestigieuses à l’extérieur, encore tout joyeux comme si c’était hier, puis devenaient graves en pensant à ceux qui avaient trop tôt disparu. Les dames écoutaient avec plus ou moins de recul et demandaient des nouvelles d’amis communs qui, employés de banque, enseignants, agent d’assurances, bourrelier, magasinier, marchands de chaussures étaient proches de la retraite. Ceux-là avaient aménagé dans une nouvelle maison et changé de quartier et d’habitudes. Celui-ci collectionnait toujours les petits soldats de Napoléon, s’était mis à l’Internet, y avait retrouvé un ami d’autrefois devenu enseignant et traducteur, ne sachant où il vivait et comment le joindre. La journée était passée agréablement et on s’était promis de se revoir bientôt, de ne plus laisser autant de temps entre nous tous.

Thanksgiving approchait et nos amis américains nous avaient invités. Cette année c’était le 25 novembre. Ils avaient longtemps réfléchi quant à la viande qu’ils allaient servir. Traditionnellement, pour Thankgivings on fait de la dinde, mais pour six, huit dont des enfants, c’était beaucoup ! En plus, ils voulaient une belle volaille, élevée en plein air et avaient fini par rencontrer Esméralda sur le marché. Elle leur avait fait visiter son domaine, et montré toutes ses bestioles. Ils avaient pointé celle tant désirée et l’affaire avait été conclue.

- Je ne sais pas comment on dit en français, avait dit notre ami, en anglais on dit Guinea hen ! On s’était précipité sur le dictionnaire et la poule de Guinée était restée un mystère.

Quelques jours plus tard, un dictionnaire illustré avait donné la solution : pintade ! Pourquoi appelle-t-on en anglais poule de Guinée notre pintade, je n’en sais rien, certes, elle est africaine...

Elle avait été cuisinée dans les règles de l’art, marinée dans du vin blanc, parsemée d’ail sous la peau, un délice !

Bientôt Noël et sa course aux cadeaux :la librairie m’accueillait cette année encore, ici, on est sûr de ne pas se tromper !

J’avais trouvé «Microbes» de Diego Vecchio traduit de l’espagnol par Denis Amutio, frère de notre vieil ami Robert qui dirigeait la collection Forêt invisible chez l’Arbre vengeur éditeur, une affaire de famille en quelque sorte !

Plus tard, j’avais fauché le bouquin à mon homme occupé avec Courbet, Proudhon et un atlas. Neuf régals car neuf nouvelles dont je reparlerai. L’une d’entre elles raconte un voyage dans le temps depuis la création du monde, là où Dieu créant la femme prélève un ongle à Adam au lieu d’une côte, et notre Eve étant «un être de matière cornée» dont le problème est la forme que notre pauvre Adam est obligé de limer jour et nuit au risque de la voir se transformer en « poule de Guinée, baobab, ou locomotive en pyjama » !

Nous y revoilà ! Poule de Guinée !

Comment en moins de deux mois, peut-on rencontrer une expression aussi inhabituelle, qui ne fait pas partie du langage courant, insolite, et traduite qui plus est une fois de l’anglais et une fois de l’argentin ? Mystère des mots, mystère des rencontres !... et inversement…

Microbes /Diego Vecchio (auteur), Denis Amutio (traduction). - 203 pages. - Editeur : L'Arbre vengeur (22 mai 2010). - Collection : Forêt invisible.

Bonne lecture !

Photo Pasfrevin (28/12/2013)

Commenter cet article

À propos

Un peu de tout, un peu de rien et quelques photos...